Rentrée télé 2005 - 24

07:00AM - 08:00AM ; 4.01.

Retrouvailles hier soir avec Jack Bauer, 18 mois après les événements de la saison 3, dans un Season Premiere survolté dévoilant comme chaque année le nouvel ennemi proclamé des Etats-Unis. Après les russkofs assimilés de la saison 1, les chyprio-bougnoules de la saison 2 et les chicanos de la saison 3, c’est au tour des supposés Middle-Eastern Turkish dont la ressemblance avec les pablitos cubains reste assez troublante. Ou alors je fume la même chose que lui (cliquez sur les hyperlinks les amis).

Premier changement majeur, Jack n’a plus aucun prétexte pour I-got-to-protect-my-family-iser ni pour I-got-to-protect-the-president-iser depuis que Palmer et Kim ne sont plus dans la série. Que reste-t-il dans le script, me direz-vous ? Eh bien, des turcs. Des turcs littéralement partout. Sorte de bodyguard du secrétaire de la défense US, Jacko a troqué sa veste en croco classe contre un élégant costard trois pièces, taille XS de rigueur, et ses jérémiades I-don’t-have-a-life-o-existentielles contre la tout à fait mettable Kim "Audrey" Raver, fraîchement débarquée de New York 911 et accessoirement fille de son supérieur direct. But don’t be fooled by the rocks that he got, he’s still Jacky from the block, et il ne faudra pas 30 minutes pour le voir débarquer de nouveau à la CTU, où Alberta "Director Driscoll" Watson ne semble pas voir son retour d’un bon oeil.

Mais les événements prennent tout le monde de court : un premier turc s’est introduit illégalement sur le territoire US ; un de ses frères a fait exploser un train ; un troisième a mis, certes un peu mystiquement, du "code" online pour "corrompre les internets" ; and so on ; tout ça sous le contrôle d’une famille entière de turcs, bons muslims et bons parents, laissant à leur fils BEHRUZZ (BEHRUZZ, putain...) de 13 ans, très certainement croisé avec un chilien, une bonne partie de la réalisation de leur plan foireux.

Avec tous ces turcs, il n’était pas difficile d’en choper au moins un, malheureusement muet, mais qui parlera enfin quand Jack, n’obtenant aucune clearance, décidera de manière très naturelle d’assommer simplement quelques agents de la sécurité afin de l’interroger, avant de lui loger affectueusement deux balles dans la jambe. Le secrétaire de la défense va se faire enlever à 08:00AM, but it’s too late tough guy, et les dernières minutes s’égrènent alors, dans une scène véritablement ouf, où une poignée de mujaheddin cagoulés balancent quelques pierres syrian-made-rocket-launcher-isent les limousines blindées du gouvernement.

Au final, cette quatrième saison semble parfaitement tenir la route. Bonnasses blanches, mexicaines, japonaises, vieilles bonnasses sur le retour voire même bonnasses mortes et sosies de Dalida, une véritable alchimie se crée dès les premières minutes, effet voulu par les réalisateurs, qui n’ont sans doute pas souhaité avoir un seul plan sans au moins une bonnasse ou un turc occupant 90% de l’écran à chaque instant. Un rappel toutefois, 24 n’est absolument pas représentatif des vrais turcs : respectueux, civilisés, altruistes et européens. Ah wesh, on me dit dans l’oreillette que ces turcs-là se trouvent déjà en Allemagne. That’s my bad.

par petit opossum chafouin

Top React (10) Jan 10, 2005 7:56

Don't steal templates. Or logos. Seriously man, don't.