Rentrée télé 2005 - Alias

Authorized Personnel Only ; 4.01 & 4.02 ; Spoiler free.

De retour un peu fatigués mais bronzés du surf-spot 2004 au Sri-Lanka, juste à temps pour vous parler d’Alias, dont la quatrième saison entamée hier soir semble définir de nouveaux standards en matière d’incohérence, nous forçant, la mort dans l’âme, à licencier des centaines de rédacteurs taïwannais et chafouins, certes, mais plus suffisamment, qui non contents d’être déjà largement sous-payés ont l’effronterie de devenir sous-qualifiés.

En cette rentrée, les producteurs n’ont pas lésiné sur les moyens : nouveau timeslot, juste après Lost pour bien affirmer le potentiel mystique des mercredis soir sur ABC ; nouveau QG Star-Trekien de la CIA ; et même nouveau générique, dans lequel se succèdent les images de Jennifer Garner, à la carrure toujours si féminine et plus que jamais la figure de proue du militantisme transsexuel.

Vous serez sûrement ravis d’apprendre que Sydney fait désormais partie d’une black-ops division de la CIA. Vaughn - qui pour oublier son ex-femme n’a rien trouvé de mieux que de brûler littéralement sa maison, ce que font habituellement, selon des sources plus ou moins fiables, les gens tristes qui ont de l’argent - Jack et Dixon l’accompagnent et sont supervisés de manière incroyablement mystique par Arvin Sloane lui-même, qui malgré son passé de mass-murderer, trafiquant d’armes, de drogues, d’enfants, d’organes, de manuscrits Rambaldien foireux et que sais-je encore, se retrouve à la tête d’une division entière de la CIA, ersatz good-guys du SD-6 dans une mise en abyme somme toute assez surprenante. Et je me rends compte que si vous n’avez jamais regardé Alias, il y a de fortes chances pour que vous ne compreniez pas un foutu mot de ce que je raconte. Tant pis.

Mais le principal twist, apportant des éléments de réponse au cliffhanger de la saison 3, atteint un niveau de oufitude inégalé et paraît être riche de sens au niveau psychanalitique, même si au jour d’aujourd’hui nos services compétents n’ont pas trouvé la moindre once de logique dans cet infâme salmigondis familial - probablement freudien ou lacanien, donc - qui semble sous-tendre toute la saison. Les papiers qu’aurait trouvés Sydney à Wittenburg seraient en fait un ordre d’exécution d’Irina Derevko - la mère de Sydney - demandé par Jack Bristow - le père de Sydney. Mais, cela étant trop facile, Jack aurait tué Irina pour protéger Sydney dont la tête était mise à prix par cette même Irina. Alors oui, il fallait y penser et tout cela vous semble peut-être assez flou, mais le lecteur classieux et alerte de Chafouin.com connaît la politique de la maison : spoiler-free material only, il m’est par conséquent difficile de vous en dire plus.

Conscients de pousser un tout petit peu loin, les producteurs rétablissent l’équilibre en intégrant, Dieu ne sait trop comment, un Samouraï coréen dans leur script, probablement parce qu’un putain de Samouraï est toujours un moyen notoirement reconnu pour regagner un tant soit peu de crédibilité.

Au final, il est peut-être encore un peu tôt pour en disposer, mais J.J. Abrams pourrait bien être le plus mauvais réalisateur/scénariste du XXIème siècle. Il est possible, voire même tout à fait certain given the state of things que des psychopathes plus astronomiquement paraphréniques encore séviront dans les années à venir, mais soyons honnêtes, au regard de cet Authorized Personnel Only, cette perspective reste pour le moment inconcevable au cerveau humain de base.

par petit opossum chafouin

Top React (6) Jan 7, 2005 2:52

Don't steal templates. Or logos. Seriously man, don't.