Bad Santa

Comédie familiale de Noël, Bad Santa met en scène, avec un élégant ratio mot/F word équivalent à 1, un père noël sioniste et incontinent ayant pris l’habitude de braquer les Galeries Lafayettes du fin fond de l’Arkansas le 25 décembre avec son pote le lutin nègre...

Pendant 90 minutes plutôt pénibles, le spectateur chafouin suit les frasques alcoolico-sexuelles de Billy Bob Thornton (les seins d’Angelina Jolie nous manqueraient à nous aussi), loser absolu, mais qui fort heureusement va se heurter à la providence, en la personne d’un jeune obèse fondamentaliste chrétien. Rappelant ainsi qu’un miracle peut vraiment prendre n’importe quelle forme, les frères Coen - producteurs, mais aussi cerveaux du film - signent un parfait petit traité de méthodologie du bon catholique et trouvent la raison pour laquelle les extrémistes muslims et juifs sont vnr : ils ne fêtent tout simplement pas Noël. Eh ouais.

Mais ce qui n’était alors qu’un film de propagande financé par la Maison Blanche devient une véritable guerre de religions quand Bad-ass Santa opère une vendetta sur le calendrier de l’Avent du blondinet joufflu, condamné à s’empiffrer des friandises au maïs génétiquement modifié par les multinationales sionistes qui restent. Dès lors, tout part littéralement en couilles, le film effectue un U-turn pour verser dans le mélo un peu mystique, heureusement électrisé par les derniers soubresauts chafouins du lutin nègre, prenant tout le monde à revers dans les dix dernières minutes du film, tout en se gardant une go japonaise moyennement mettable.

Pas vraiment attendu, pas vraiment inoubliable, Bad Santa ne détruit cependant pas le mythe français du Xmas-movie pour enfants hydrocéphales, et y insémine même une redoutable dose de vulgarités qu’ils pourront ressortir à mamy le soir du réveillon quand elle les forcera à bouffer son foie-gras des pyrénées rôti à la poelle.

par petit opossum chafouin

Top React (6) Nov 6, 2004 0:36

Don't steal templates. Or logos. Seriously man, don't.