Deception point & Digital fortress

Chafouin delta continue sur sa lancée des chefs d’oeuvre cachés de la littérature américaine, en parlant cette semaine des deux techno-thrillers de Dan Brown, Deception Point, que la rédaction a lu, et Digital Fortress, que la rédaction n’a pas lu, mais qu’elle va chroniquer quand même.

On connaissait le penchant de l’auteur pour les multiples plots, subplots, subsubplots and so on, mais il redouble ici de chafouinisme littéraire dans Deception Point, oeuvre essentielle dans laquelle les arguments théologico-foireux du Da Vinci Code et d’Angels and Demons sont écrasés par un scénario d’une originalité exemplaire mettant en scène des putains d’extra-terrestres cachés sous un rocher. Il est bien évidemment difficile de parler du scénario sans ne rien vous révéler, c’est pourquoi les quelques lignes qui vont suivre seront en gras et soulignées, ce qui me permettra de vous parler en toute sécurité de cette enflure de Pickering (à la tête de la NRO, une agence de sécurité intérieure aussi crédible que le CTU de Jack Bauer) qui assaisonne d’une salve de roquettes le bâteau du Commandant Cousteau, ressucité en beau-gosse ultime par je ne sais quel procédé romanesque, après avoir fait littéralement exploser Marjorie Tench, adjointe du Président ; de Rachel Sexton, fille du sénateur-candidat à la présidence, complètement chafouiné à la fin par sa collaboratrice - qu’il a préalablement baisée, évidemment - Gabrielle Ashe, de façon à ce que la lecture soit rendue plus difficile et ne gêne pas les nombreux lecteurs impatients d’en découdre avec ce scénario tortueux sans que ne leur soit révélé quelque spoiler.

edit : après consultation des éminences chafouines de ce site, il a été voté pour 456 voix contre 125 par le conseil d’administration de Chafouin SA, qu’une bonnasse en plein milieu du layout ramasserait beaucoup plus de hits qu’une couverture de bouquin. Alors deux bonnasses, imaginez.

Mais ce script béton n’est que feuille de verre face à l’implacable Digital Fortress, premier roman de Dan Brown, dans lequel une cryptographe tout juste sortie d’un BTS en info-gestion est réquisitionnée par la NSA qui l’astreint à décoder une putain de combinaison censée être unbreakable, afin de sauver tous les réseaux de renseignements américains. Comme vous vous en rendez peut-être compte, le scénario est ici d’une grande profondeur politique, puisqu’il n’est ni question de bombardiers ultra-furtifs, de X-33 supersoniques, ni même de bombes à l’anti-matière, mais d’un simple algorithme codé par n’importe quel geek de #linuxro.

La recette Brown marche encore à merveille et allie, comme à l’accoutumée, petites putes scientifiques, énigmes numériques ou non apprises ici et , et badguys cramés d’entrée.

par petit opossum chafouin

Top React (13) Oct 18, 2004 13:51

Don't steal templates. Or logos. Seriously man, don't.