Troy

Io, la qualité principale de Troy est de rétablir une verité que ce batard d’Homère avait cachée au monde depuis 3000 ans : Achille, l’invincible guerrier de légende, n’était pas un demi-dieu ayant capturé Troie après 10 longues années de batailles furieuses, village après village, avant de succomber par la faute de son non-moins légendaire talon. Eh non, bien au contraire. C’était un moine Shaolin clone de Brad Pitt, prenant d’assaut la plage de Troie avec son commando de Myrmidons en mode Soldat Ryan, tuant Hector (Eric "Hulk" Bana) trois jour plus tard Drunken Master-style, avant de s’infiltrer chafouinement dans la cité imprenable grâce au stratagème pourtant incroyablement grillé du cheval de Troie. Tout ça en plus ou moins deux semaines, parce que non-content d’être précurseur niveau kung-fu, Achille est également le père de la Blitzkrieg. Hélas, c’est dans le pillage qui s’ensuit que le prince Paris (Legonaze Bloom), qui rappelons-le est à l’origine de toute cette merde parce qu’il pense avec sa bite, décoche une flèche incroyablement mal visée qui se fiche par un coup de chatte énorme dans le talon d’Achille, terrassé mais toujours beaugosse et qui profite de ses derniers instants d’agonie pour rouler un patin baveux à Briséis, la sale petite pute de service. Bref on s’amuse pas mal, et Troy est plutôt recommandable, en particulier si vous êtes a) Historien révisionniste, ou b) gay en manque de Brad Pitt torse nu, enduit d’huile et en jupe.

par petit tarsier chafouin

Top React (0) May 15, 2004 22:28

Don't steal templates. Or logos. Seriously man, don't.