House of WaxXx

Wesh. Véritable Kaiser du rap, le roi, le Pape des internets intermittents, l’indestructible chafouin.com zombie extension poursuit sa glorieuse route, bras en bandoulière mais vaillant, Beckenbauer circa 1970 stizz. Nouveau témoignage de la créativité débridée, foisonnante et magnifique, pour ne pas dire ésotériquement sapiente, bref quasi-infinie de nos bons amis sionnistes d’Hollywood, House of Wax est un remake iN D4 HoUse, c’est à dire MTV powered à base non-pas de popopop mais de cuts épileptiques et de bande son hip-hop&rnb de seconde zone, voire de troisième, d’un obscur film d’horreur réalisé en 1436, film précurseur s’il en est puisqu’antérieur à l’invention même du cinématographe. Eh ouais, on savait prendre des risque en c’temps la, ma p’tite dame. Le bon vieux temps, sans viagra ... C’tait aut’ chose, ça oui, j’peux vous dire. Mais je m’égare, bande de batards.

Le cast, stellairement hétéroclite mais évitant soigneusement l’écueuil classique de la surabondance de personnes d’origine nègre (et c’est tant mieux), éblouira jusqu’aux plus durs à cuire de la critique cinématographique puisqu’il réunit non rien de moins que la crème de la crème des 10 ou 12 pélerins ayant probablement eu la malchance de passer près du parking désaffecté où les auditions avaient lieu.

Elisha Cuthbert, poitraille semi-massive moulée dans un débardeur défiant narquoisement les lois les plus élémentaires de physique (et j’entends par-là la gravité, my UPI friends), délaisse son emblématique rôle de de national liability 24-ienne, opposition radicale de poticherie crédule à la surpuissance Bauerienne de son daron, afin de consolider à l’aide d’une Oscar worthy performance reposant principalement sur ses persuasifs attributs mammmaires son titre déjà solidement ancré de canadienne la plus bonnasse de tous les temps. Oh,my bad homies, ma syntaxe franchouillarde et communiste a visiblement une nouvelle fois décidé de faire grève.

Anyway, un autre représentant du Young Hollywood de 37 ans de moyenne d’âge nous gratifie de sa présence charismatique en la personne de Chad Michael Murray, furtivement échappé du set de One Tree Hill, successeur lamentablement raté de Dawson’s Creek (et bien, bien raté, mais l’ampleur colossal de la tâche incitera à l’indulgence chafouine, provided qu’un tel concept ne soit pas intrinsèquement oxymoronique) pour émuler Marlon Brando, merveilleuse diction mécanique et oeil torve rappelant admirablement, maybe not Don Corleone mais au moins le mérou frais du Portugal.

Affirmative Action oblige, Paris Hilton repreZent le Young Tijuana, toutes MST dehors et, votre serviteur chafouin l’avoue avec un brin de honte, remarquablement coquine malgré son nez Cyranien et l’absolue certitude que le simple fait de la regarder sur grand écran peut filer gonorrhée et herpès. Un petit négro musclé (miam) jouant le love interest certes anecdotique mais interracial (googlebot) de Paris et un feuj frisottant (what else ?) complètent la distribution royale, classique 4-4-2 virevoltant et passant par les ailes.

Le *scénario*, un brin classique pour les amateurs d’exotisme, implique un road trip partant littéralement en Couille (avec une majuscule) lorsque nos 5 protagonistes échouent dans une ville fantôme où tous les habitants sont en cire, Madame Tussaud-stizz. Lorsqu’ils se rendent comptent que "hey, il y a de véritables cadavres sous la peau en cire", les astucieux profilers en herbe déduisent instantanément qu’un tueur en série psychopathe recouvre les personnes vivantes qu’il immobilise au préalable de cire brulante, leur réservant une mort atrocement lente et douloureuse, et fichent le camp en 2-2, faisant de House of Wax le film d’horreur le plus court du monde avec 0 mort et 12 minutes de running time. Bon ok, j’ai honteusement menti, ils attendent que 3 d’entre eux se fassent étriper avant de décider, it’s always a good idea dans de telles situations, de se séparer pour a) chercher de l’aide b) se cacher c) (high risk bonus) ENCIRER L’ENCIREUR, we don’t give a fuck homey-stizz. Eh wesh, malgré l’absence regrettable de zombies ou, à défaut des Rois du Genre, de quelques petits leprechauns d’assaut, House of WaxXx est hautement porno anal sodomy recommendable, Paris Hilton turtle-fuck. Live from free password xxx city, chafouin out !

par petit tarsier chafouin

Top React (29) May 14, 2005 1:58

Don't steal templates. Or logos. Seriously man, don't.